Artiste protéiforme, comédien et auteur, Jacques Gamblin a travaillé avec Claude Lelouch, Claude Chabrol, Bertrand Tavernier, Rémi Bezançon dans des films aussi différents que Tout ça pour ça, Pédale douce, Laissez-passer, Le Premier Jour du reste de ta vie, Le Nom des gens, On a pu le voir dans De toutes nos forces de Nils Tavernier qu’il retrouve pour son nouveau long métrage Facteur Cheval. Il y incarne avec force et émotion le rôle-titre de Joseph Ferdinand Cheval, homme rêveur et passionné. Le film sortira en janvier 2019.

 

Jacques met élégance, humour, légèreté, poésie et sa sensibilité au service de créations théâtrales : Quincailleries (1991), Le Toucher de la hanche (1997), Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa (2004), Tout est normal mon cœur scintille (2011), Ce que le Djazz fait à ma Djambe en 2015 (DVD Productions du dehors/La Compagnie des Indes) ainsi que 1 heure 23’14’’et 7 centièmes avec le danseur Bastien Lefèvre pour laquelle il obtient le Molière du comédien. Il signe avec Je parle à un homme qui ne tient pas en place son septième spectacle (nommé pour le Molière 2018 du « seul en scène ») dont le texte est aujourd’hui disponible aux éditions des Équateurs.

 

Jacques s’implique dans de nombreux projets liés à l’environnement notamment auprès de la Fondation Tara Expéditions qui organise à travers le monde des campagnes pour étudier l’impact des changements climatiques sur nos océans. En 2015, répondant à l’appel de la Maison des Écrivains et de la Littérature, il écrit Mon climat, un manifeste poétique où il fait part de ses espoirs et inquiétudes face aux questions environnementales. (Du souffle dans les mots 30 écrivains s’engagent pour le climat – Editions Arthaud, 2015).

"Le roman et la vie se confondent,
ma vie est une narration tantôt vécue
tantôt imaginée et si un journal américain
m'a donné le nom de "collectionneur d'âmes",
c'est que je ne cesse de faire mon plein de
je innombrables, par tous les pores de ma peau"...

Romain Gary