Le dossier du spectacle
téléchargez
TOUT EST NORMAL MON COEUR SCINTILLE
de et avec Jacques Gamblin
avec les danseurs Bastien Lefèvre et Claire Tran
Création 2010 à la Maison de la Culture d’Amiens
©elisabeth carecchio
Générique
Anne Bourgeois, collaboration artistique
Domitille Bioret, assistante mise en scène
Catherine Gamblin-Lefèvre, collaboration chorégraphique

Alain Burkarth, scénographie
Laurent Béal, lumières
Grégory Beller, conception sonore
Sébastien Sidaner, vidéo
Marie Jagou, costumes

Jérôme Tournayre, direction technique
Pierre Marteau, régisseur lumières
Hervé Rico, régisseur son
Valérie Saliou, administratrice de tournée
Françoise Lebeau, production/diffusion
Quitte à être sans filet autant être léger

Ce spectacle est un « voyage cardiaque ». On y rencontre une girafe, un ostéopathe, une musaraigne, un éléphant, une miss Picardie, un mouton de poussière, un trou du cul, un oreiller, une oreillette, un ventricule, une femme en jambe, une femme absente...
Une girafe que j’avais vu de mes yeux, faire un nœud avec son cou, c’était involontaire, vous vous rendez compte, un nœud indélébile. Imaginez-vous aussi, avoir fait un nœud avec votre cou avec quelqu’un coincé dedans, quelqu'un que vous aimez ou avez aimé, et qui ne pourra plus jamais partir. Jamais…
D’un mouton de poussière je parle aussi, avec un cheveu blond pris au piège dans sa laine, qui se promène dans ma chambre et qui n’arrive pas à rejoindre le troupeau. Et je me demande d’où peut bien venir toute cette poussière ? Et pourquoi où qu’il soit, le mouton de poussière a toujours la même couleur ? Je me demande aussi si on peut tricoter un petit cache-cœur avec de la laine de mouton de poussière...
Bref, je me pose toutes les questions que tout le monde se pose n’est- ce pas ?... Les questions les plus saugrenues, les plus innocentes, les plus cocasses sur des chemins joyeux et inattendus.
Et tout ça avec de la danse autour et dedans parce que je ne peux pas parler d'amour sans les corps qui unissonnent et qui s'attrapent et qui se portent. Et parce qu'à force de parler tout seul, les mots se fatiguent et empêchent les bras de respirer.
De la musique aussi parfois vient décompresser les mots comme un ostéopathe redonne des virgules à votre colonne vertébrale. On entend la voix suspendue de Jay-Jay Johanson et de Patrick Watson.
Quitte à être sans filet autant être léger.
Bienvenue donc dans les mystères du cœur.
Le cœur n'est pas à gauche comme on le raconte à tord et à travers, le cœur est au centre, le cœur est au centre de tout comme m'a dit le professeur Marwin qui m'a aussi appris que le principe de la scintigraphie (médecine nucléaire) est la rencontre entre un électron positif et un électron négatif. Cette rencontre produit de la lumière et c'est en calculant la vitesse respective de ces électrons que l'on peut situer le point d'impact, c'est à dire là où ça fait mal ! Là où se trouve le problème, quand il y en a bien sûr ! Et vous le savez comme moi, ça peut arriver les problèmes entre deux électrons libres !
Mais quand ils se séparent, ces électrons, ce qui est loin d'être rare, chacun emporte avec lui un peu de lumière. Ils ne perdent pas tout, ils brillent !...  Tout seuls c’est vrai, mais ils brillent.
Bien à vous et avec mon meilleur scintillement.

 

Jacques Gamblin